Présenté en 2023 à la Berlinale dans la section Panorama, Matria est le premier long métrage d’Álvaro Gago. Dans la lignée que ses deux derniers courts métrages dont l’un fut primé à Sundance, le jeune réalisateur galicien signe un film à la tonalité résolument sociale. Ramona, la protagoniste principale de cette histoire, est une femme qui a du mal à s’en sortir aussi bien au travail que dans sa vie personnelle où les problèmes s’accumulent…


Dans le tourbillon de la vie…

Ramona habite dans un petit village sur la côte galicienne. Elle passe ses journées à courir, en alternant entre son travail de nettoyage à l’usine de conserves et d’autres petits boulots qui l’aident à boucler ses fins de mois. Délaissée par son compagnon qui plonge petit à petit dans l’alcool, elle assure aussi la logistique de la maison et sa cohorte de tâches domestiques. Pour parachever le tableau, les relations avec sa fille adolescente, partie depuis peu vivre avec son nouveau copain, ne sont pas au beau fixe.

Pour le réalisateur, il était essentiel de montrer la cadence infernale que vit la protagoniste, de mettre en images cette frénésie du quotidien : « C’est vraiment ça, son quotidien et je voulais effectivement que le spectateur partage ce rythme effréné. Le film commence comme un grand huit et ralentit peu à peu – lorsque le personnage commence à se pencher sur son intériorité. Au début, elle est totalement dévouée aux autres. Elle doit apprendre à prendre en considération ses propres besoins. »

Photo du film Matria
Matria © Les Alchimistes Films (2024)

L’interprétation impeccable de María Vázquez

Álvaro Gago a fait appel à l’actrice María Vázquez pour interpréter cette héroïne dépassée par les événements et qui, en dépit de sa précarité, dégage une force de caractère et une dignité de tous les instants. Le réalisateur tisse ainsi le portrait bouleversant et profondément humain d’une femme qui porte en elle une extraordinaire lumière : « Ces traits de caractère la distinguent d’une figure de victime. Dans Bellissima de Luchino Visconti [1951], Anna Magnani incarne un personnage nommé Maddalena qui a été une grande source d’inspiration. En pensant à elle, je me rappelle un passage dans le documentaire d’Enrico Cerasuolo, La Passion d’Anna Magnani, [2019] où elle dit : « C’est beau d’être libre à l’intérieur. » J’avais clairement ça en tête en écrivant Matria », explique-t-il.

Photo du film Matria
Matria © Les Alchimistes Films

En effet, même si le film s’attache à nous montrer la précarité au féminin, Ramona incarne aussi une femme au courage exemplaire qui, loin de baisser les bras, se bat tout au long du film pour changer la donne avec une vitalité et un sens de l’humour et de la répartie très affûtés.

Bande-annonce Matria d’Álvaro Gago (2024)

Crédits photos : Les Alchimistes (photo de couverture)


FICHE DU FILM


Affiche de Matria d’Álvaro Gago (2024)
  • Titre original : Matria
  • De : Álvaro Gago
  • Avec : María Vázquez, Santi Prego, Tatan
  • Date de sortie : 7 février 2024
  • Durée : 1h39 min
  • Distributeur : Les Alchimistes