En géométrie, des parallèles sont des droites qui ne se croisent jamais. Selon cette règle, Janis et Anna, les personnages principaux du dernier film d’Almodóvar, deux femmes enceintes qui partagent la même chambre à l’hôpital, devraient reprendre leur vie de mère chacune de leur côté après l’accouchement sans plus jamais se croiser. Pourtant le destin et surtout le génie du réalisateur espagnol va en décider autrement… 


LA MATERNITÉ À DOUBLE SENS

Janis et Ana se rencontrent dans une chambre d’hôpital. Elles sont toutes deux célibataires et sur le point d’accoucher. Si Janis est une quarantenaire mature et heureuse, Ana est une adolescente effrayée qui vit ce moment avec énormément d’anxiété. Pendant le « travail », elles marchent ensemble dans les couloirs de l’hôpital. Janis essaie alors de lui remonter le moral et de lui donner du courage. Ces quelques heures passées ensemble vont créer un puissant lien entre elles… Un lien que le hasard se chargera ensuite de compliquer à tout jamais.

Dans Madres Paralelas, deux visions de la maternité s’opposent : une maternité sereine et joyeuse avec Janis pour qui la venue d’un enfant est un cadeau de la vie. Et celle d’une maternité trop précoce, incarnée par Anna, complètement déboussolée et qui se pose une multitude de questions sur son avenir et celui de son enfant.

Mais le réalisateur manchego va bien au-delà de cette problématique en évoquant dans son film l’Histoire récente de son pays et les disparus de la Guerre Civile. La maternité lui permet ainsi, indirectement, d’explorer les blessures d’un pays qui doit encore enterrer ses morts.

Penélope Cruz et Milena Smit dans Madres Paralelas © El deseo / Iglesias Mas

UN HOMMAGE AUX FEMMES

Le film est aussi un hommage aux femmes, des femmes seules, courageuses et qui vont de l’avant en dépit des difficultés qu’elles rencontrent. Ici, Almodóvar nous parle du présent en suivant le quotidien de ces deux mères célibataires… Mais le passé n’est jamais bien loin… Le réalisateur met ainsi en lumière ces femmes dont les pères, fils ou maris ont disparu pendant la guerre. Ce sont ces femmes qui ont dû continuer leur chemin seules, malgré la douleur.

Avec Madres Paralelas, Almodóvar revient à cet univers féminin qu’il affectionne tant. Dans la lignée de Julieta, le film est un drame contenu où les larmes et la souffrance n’affleurent qu’avec pudeur. Le réalisateur se concentre avant tout sur leur courage pour mieux le mettre en valeur.

Milena Smit, Penélope Cruz et Rossy de Palma dans Madres Paralelas © El deseo et Iglesias Mas

Quant aux actrices, Penélope Cruz est tout simplement époustouflante dans le rôle de Janis. L’actrice fétiche d’Almodóvar interprète avec panache cette mère célibataire, photographe de profession, qui se bat pour obtenir le droit de faire des fouilles dans son village pour retrouver les restes de parents disparus. Ce rôle lui a ainsi permis de remporter la copa Volpi au dernier Festival de Venise. Milena Smit, qui incarne quant à elle la jeune Ana, est touchante de justesse. Sans oublier non plus Aitana Sánchez Gijón dans le rôle d’une mère absente et les interventions mémorables de la magnétique Rossy de Palma.

Bande-annonce Madres Paralelas

Crédits photos : El deseo / Iglesias Mas (photo de couverture)


FICHE DU FILM


Affiche du film Madres Paralelas
  • Titre original : Madres Paralelas
  • De : Pedro Almodóvar
  • Avec : Penélope Cruz, Milena Smit, Israel Elejalde, Aitana Sánchez Gijón, Rossy de Palma.
  • Date de sortie : 1 décembre 2021
  • Durée : 2h00 min
  • Distributeur Pathé Films