L’anarchiste qui s’appelait comme moi

Un fascinant roman historique de Pablo Martín Sánchez

Qui n’a jamais cherché son nom une fois sur Internet ? Dans le prologue de cet excellent ouvrage, l’auteur explique que c’est en tapant son nom sur Google qu’il trouve son homonyme, un autre Pablo Martín Sánchez, né près de 80 ans avant lui et qui fut condamné à mort en 1924 pour avoir fait partie d’une conspiration anarchiste contre le dictateur Primo de Rivera.

« Tout commence le jour où je tapai pour la première fois mon nom sur Google. À l’époque, j’étais un jeune auteur inédit qui rejetait la faute de son échec sur un patronyme trop commun. Le moteur de recherche me donna raison : j’écrivis « Pablo Martín Sánchez » et l’écran cracha des centaines de résultats. Même moi j’y apparaissais, dans un cocktail de surfeurs, de joueurs d’échecs ou de responsables d’accidents de circulation poursuivis en justice. Mais une entrée attire particulièrement mon attention, peut-être parce qu’elle était en français : Dictionnaires internationale des militants anarchistes (Gh-Gil) disait le titre ; à la suite on pouvait lire ce fragment : “capturé, il fut condamné à mort et exécuté avec d’autres militants, comme Julián Santillán Rodríguez et Pablo Martín Sánchez … »

Poussé par la curiosité, Pablo Martín Sánchez se lance dans une quête passionnante sur la vie de ce personnage qui l’amène à Paris, ville où son homonyme a vécu. Le résultat de cette histoire est un roman relatant les aventures et mésaventures d’un homme pris dans le tourbillon de l’histoire, un révolutionnaire qui finit par payer de sa vie son engagement pour une cause dont il n’était pas complètement convaincu.

Le romancier espagnol fait vivre au lecteur des moments historiques clés de l’Europe du XXe siècle, comme l’essor du mouvement anarchiste à Paris, la vie de grands intellectuels exilés en France, la Semana Trágica de Barcelona ou la période mouvementée de l’entre-deux-guerres.

En dehors des événements politiques, l’auteur espagnol égraine également des épisodes qui n’ont rien à voir avec l’histoire, mais qui donnent son rythme à l’intrigue du roman : la découverte du cinématographe par le personnage principal quand il est encore enfant, la découverte de l’amitié ainsi que ses premiers émois amoureux. L’anarchiste qui s’appelait comme moi est un roman fascinant, une plongée dans la vie et l’univers d’un personnage hors du commun.

Crédits Photo : Isabel Rodríguez (Portrait Pablo Martín Sánchez )


INFOS ÉDITEUR


  • Titre original : El anarquista que se llamaba como yo
  • Auteur : Pablo Martín Sánchez
  • Langue originale : Espagnol (Espagne)
  • Traduit par : Jean-Marie Saint-Lu
  • Publication : le 2 septembre 2021
  • Éditeur : Editions Zulma et La Contre Allée
  • Pages : 608